31 Jul Que ta nourriture soit ta médecine (Hippocrate)

Cette citation n’est peut-être pas d’Hippocrate. Mais, certainement, Hippocrate s’est intéressé à ce que ses patients mangeaient, en tout cas, plus que les médecins qui m’ont traitée pendant la dernière année pour un cancer du sein.

Je ne suis ni médecin ni naturopathe. Je n’ai aucune connaissance scientifique en alimentation et je ne me pose pas en experte. Mais je suis une bonne chercheuse et j’aime trouver des solutions à … eh! bien à tout. Je ne m’avoue pas vaincue facilement. J’ai envie de partager le fruit de mes recherches quant à une alimentation anti-cancer. Je ne saurai jamais si tout s’est bien passé pour moi parce que j’ai amélioré mon alimentation, qui était déjà assez bonne mais pas parfaite, je ne le saurai jamais mais je ne crois pas que j’ai simplement eu de la chance. Je crois que changer mon alimentation a fait en sorte que  je me sente bien mieux à travers les soins lourds offerts par la médecine. Peut-être même ai-je stoppé la croissance des trois petites tumeurs découvertes dans mon sein droit, qui sait ?

Dans un premier temps, je l’ai déjà dit dans un message précédent, j’ai coupé le sucre complètement de même que les aliments à haut index glycémique et ce, pendant cinq mois. Ce n’est pas peu dire, il y a du sucre dans presque tout ! Ou encore, une montée de glycémie dans le sang est provoquée par plusieurs aliments qui n’ont pas l’air si malins: pâtes, pommes de terre et certains légumes, riz, blé et autres céréales, légumineuses, vin et autres alcools, jus de fruits même biologiques et sodas, la plupart des aliments industrialisés et des repas préparés des supermarchés et des restaurants. Le sucre par contre n’est pas un ennemi, j’ai éventuellement recommencé à manger des bons sucres, des fruits, du sirop d’érable, du miel et un peu de tout mais sans jamais ajouter de sucre blanc, celui-ci est un pur poison. J’ai misé sur les bons gras et les légumes, j’ai gardé les viandes blanches biologiques, les poissons gras, l’huile d’avocat, de sésame et d’olive. J’ai réintroduit lentement, en petites quantités, certains aliments à haut index glycémique. J’ai rapidement perdu du poids mais pas parce que j’étais malade. En fait, je ne me suis presque jamais sentie malade. Au contraire, prenant moins de calories chaque jour et mangeant plus consciemment, je me suis rapidement sentie beaucoup mieux qu’avant. J’ai fait de la prévention après diagnostic plutôt qu’avant. Et je continue et continuerai à prévenir une rechute par mon alimentation.

Dès que j’ai commencé à parler de ce cancer autour de moi, les conseils ont afflué. “Mange des crucifères en abondance.” “Bois du thé vert, le thé Sencha est le meilleur.” “Il n’y a rien de mieux que les graines de brocoli germées.” ” Mets de la coriandre dans tout ce que tu manges.” ” Achète du curcuma en capsules pour plus de bio-disponibilité.” “Les noyaux d’abricots amers séchés sont essentiels à cause de leur vitamine B17.” Des feuilles de pissenlit et de la tisane de pissenlit, tous les petits fruits d’été, de l’astragale, les champignons médicinaux, un apport beaucoup plus grand de vitamine C, de l’huile de cannabis et j’en passe. On peut dépenser une fortune en suppléments et s’épuiser à préparer des repas spéciaux. Eh! bien, j’ai tout essayé pour finalement découvrir que plusieurs choses ne me convenaient pas, je les ai donc mises de côté. À trop vouloir s’aider, on peut se nuire. Il faut respecter le rythme du corps qui nous dira lui-même ce dont il a besoin. Et puis, il faut dorloter son foie par une alimentation simple et goûteuse et ne pas trop lui donner d’éléments différents à gérer chaque jour.

En bout de ligne, c’est Chris Warz (crisbeatcancer.com) dont j’ai déjà parlé qui m’a le plus aidée parce qu’il préconise la simplicité et les jus de légumes, verts surtout, auxquels on peut ajouter des fruits. Les fruits sont de la couleur de la joie, ils ont le goût du plaisir. On n’entre pas au couvent quand une maladie nous impose sa présence. Le plaisir et la joie sont nécessaires au processus de guérison.

Bien manger sans rigidité pour se guérir. Guérir grâce au plaisir de bien manger.

No Comments

Post A Comment