06 Jun L’attente (deuxième partie)

Début juillet 2017, l’été est bien installé dans Outremont, mon beau village. L’attente aussi s’est installée, plus ou moins confortablement. Je n’ai pas d’autre choix que de prendre action pour le moment. Je fais plein de recherches pour arriver à comprendre comment je peux m’aider le plus possible. Je sais d’ores et déjà que j’accepterais les traitements lourds prescrits par la médecine en cas de cancer. Mais je veux être certaine de m’aider le plus possible et de pouvoir contrôler les dégâts.

Une amie me prête le livre du Dr Laurence Schwartz : Cancer: un traitement simple et non-toxique.

En voici deux extraits:

« Le cancer est probablement une maladie du métabolisme liée à un dysfonctionnement de la digestion cellulaire. Lorsque la mitochondrie, qui est la centrale énergétique de la cellule, n’arrive plus à digérer le glucose et à le transformer en énergie, il ne brûle pas, fermente et s’accumule dans la cellule, qui se met à grossir puis à se diviser et à envahir les tissus. » « Quand on fait du jogging, on brûle du sucre pour fabriquer de l’énergie et on ne grossit pas. C’est pareil avec la cellule. Au contraire du diabète, dont la cellule ne peut capter le sucre, car il n’y a pas assez d’insuline, le cancer, lui en est gorgé, car pour survivre, la cellule anormale s’en nourrit. Par rapport à un tissu sain, un tissu cancéreux ingère dix fois plus de glucose. »

Pour preuve, c’est en injectant du sucre radioactif à un patient lors d’un Cat Scan qu’un cancérologue vérifie la nature maligne d’une tumeur. Lors de l’examen, les cellules cancéreuses captent ce sucre immédiatement parce qu’elles en sont friandes. Or, pour des cellules en santé, l’ingestion de sucre permet simplement de le transformer en énergie. Mais les cellules cancéreuses, elles, se développent de manière anarchique. Pour toutes sortes de raison, dont le vieillissement, les mitochondries ne fonctionnent plus, elles ne transforment plus le sucre en énergie pour la redonner à tout le corps, elles le gardent pour elles, elles deviennent obèses! Une tumeur se forme, les cellules devenues confuses et incompétentes se multiplient et envahissent les tissus voisins.

Le Docteur Schwartz propose de rendre les cellules cancéreuses fonctionnelles de nouveau par une association de médicaments non-toxiques et de changements alimentaires. Je n’ai pas suivi son traitement parce que je ne savais pas qui aurait pu me guider ici au Québec. J’ai fait des recherches, je n’ai pas trouvé et je ne voulais pas me hasarder à m’auto-médicamenter. Par contre, diminuer l’ingestion de sucre sous toutes ses formes, ça, je pouvais le faire et continue de le faire. J’ai diminué le sucre, tout de suite, dès le début. Et je m’en sentais mieux chaque jour. Je me disais que si le résultat des deux premières biopsies ne confirmaient pas le cancer, eh! bien je serais en mode de prévention, ce ne serait pas perdu.

Deux choses ici sont fascinantes. Le système médical connaît le rôle du sucre dans le développement du cancer puisque le sucre est utilisé lors d’un Cat Scan pour analyser les tumeurs visualisées à l’échographie. Aucun intervenant, oncologue, radiologue, infirmière ou autres, ne m’en a parlé pendant les nombreuses rencontres médicales de la dernière année. Personne ne s’est intéressé à mon régime alimentaire ! Surprenant quand même !

L’autre chose fascinante, je l’ai trouvée dans les livres, supposément axés sur la prévention du cancer, de Richard Béliveau et de Denis Gingras. Bien que plusieurs aliments anti-cancers soient suggérés, plus de la moitié des recettes proposées dans leur deuxième livre contiennent du sucre ou des aliments à fort index glycémique ! Faut le faire !

Je ne dis pas que diminuer le sucre dans son alimentation est une panacée. En même temps que je changeais plusieurs choses dans ma diète, je me préparais à accepter les solutions du système de santé. Refuser les traitements lourds de la médecine n’était pas un option pour moi. Mais je m’appliquais à faire en sorte que les choses ne s’aggravent pas. Je parlerai bientôt de l’ensemble des actions que j’ai entreprises pour mieux passer à travers cette épreuve.

No Comments

Post A Comment